Champignons Magiques et Arts Martiaux : Une Histoire

Publié le :
Categories : Default

Champignons Magiques et Arts Martiaux : Une Histoire

Aperçu de la longue histoire des arts martiaux et champignons magiques avec l’œil de Kilindi Iyi, expert du sujet. Présentation de Kilindi Iyi, sa connexion aux arts martiaux et aux psychédéliques et les liens déjà existants entre arts martiaux et psychédéliques.

La pratique des arts martiaux traditionnels entraîne le corps et l’esprit. Être en contact avec l’univers à un niveau spirituel tout en ayant accès à l’énergie inutilisée de l’univers ne sont que quelques-uns des points que les arts martiaux traditionnels partagent avec les sensations vécus sous l’effet des substances psychédéliques. Pour la plupart des gens, la violence de la manifestation physique des arts martiaux est ce qui sépare les deux expériences, mais pas pour Kilindi Iyi.

Kilindi Iyi est un artiste martial Afro-Américain et chercheur psychédélique. C’est l’instructeur en chef et conseiller technique du Tamerrian Martial Art Institute et il prend souvent la parole lors de conférences psychédéliques. Il a ouvert les barrières entre les substances psychédéliques et les arts martiaux et il l’enseigne à présent au monde entier.

Selon Kilindi Iyi, son implication dans les psychédéliques a commencé sous la forme d’une quête d’une compréhension plus profonde des arts martiaux et de leurs origines. Apparemment, tous les arts martiaux ont leurs plantes de pouvoir – des plantes rituelles psychédéliques utilisées pour atteindre de plus grandes prouesses dans l’art, à la fois physiquement et psychologiquement – et Kilindi Iyi lui-même s’est lancé sur le chemin de la découverte.

Malgré le manque de preuves écrites et de connaissances, sur son chemin, Kilindi Iyi a réussi à découvrir de nombreuses formules de potions de pouvoir secrètes de maîtres d’arts martiaux africains, ou magiciens comme certains les nomment. Ce qu’il a découvert, c’est que la plupart de ces potions avaient un ingrédient en commun – le champignon magique ou psilocybe semilanceata. En fait, Kilindi Iyi affirme que les plus vieilles preuves de consommation de champignons par l’homme sont en Afrique, parmi d’autres composés très répandus dans divers rituels de guérison, d’initiation, d’apprentissage et de consommation par des personnes de pouvoir. Un système très ancien et très développé toujours utilisé de nos jours.

LA DOSE HÉROÏQUE

En travaillant avec les champignons magiques, Kilindi Iyi est arrivé à la dose respectable de 30 grammes plus ou moins. Dans la communauté psychédélique, une telle dose est connue sous le nom de dose héroïque ; elle ne provoque pas d’overdose physique – c’est pratiquement impossible de faire une overdose de champignons magiques – mais elle demande un consommateur de psychédéliques aguerri et compétent pour atteindre et supporter les épreuves mentales qu’elle suscite. Les difficultés de ce genre de trip héroïque pour le consommateur sont ainsi décrites par Kilindi Iyi lui-même :

« Une des zones les plus difficiles est la réalisation de la solitude. La réalisation de l’obscurité, sans lumière. La réalisation que ce sont des constructions de la conscience. Une fois que vous perdez la conscience primale et passez dans cette obscurité primale, c’est tellement sombre que ça n’a rien de noir. C’est une des choses les plus dures. »

LA CONNAISSANCE MARTIALE

Ce que de telles doses lui ont permis – dans ces propres mots – c’est d’atteindre divers royaumes et hyperespaces psychédéliques. Les connaissances qu’il retire de ses trips sont surtout martiales, c’est à dire qu’elles sont liées d’une certaine façon aux arts martiaux. Cette connexion n’est pas étrange car la plupart des consommateurs de psychédéliques ont accès à des connaissances qui les intéressent le plus ; c’est tout naturel que l’intérêt et la passion de Kilindi Iyi pour les arts martiaux l’aient amené dans les royaumes nécessaires pour mieux les connaître. Avec l’augmentation de la dose vient aussi celle des possibilités. Augmenter la dose permet d’atteindre des royaumes nouveaux, jamais vus ; chaque royaume ayant sa propre réalité et ses connaissances.

Au contraire d’autres explorations psychédéliques, Kilindi Iyi ne défend pas l’idée d’un univers paisible et aimant. Il admet que ces sensations en font aussi partie, mais il affirme avoir vu et exploré les côtés négatifs aussi.

Ses trips ont permis à Kilindi Iyi d’observer et d’apprendre des formes mystérieuses et magiques d’arts martiaux. Des formes qu’ils affirment être possibles sont celles d’artistes martiaux mythiques comme Hercule ou les personnages de « Tigre et Dragon ».

Même si la plupart des gens sont satisfaits de la vision et des connaissances, certains contestent le travail de Kilindi Iyi à cause de son incapacité à le reproduire. Sa réponse est simple :

« Ce sur quoi je travaille, je ne peux pas le mettre physiquement sur quelqu’un, mais j’ai eu mes chances dans le monde réel où je pensais impossible ce que j’ai fait et pour moi, ce que je crois, que je comprends, c’est que c’est venu de l’entraînement enthéogène qui m’a servi dans le royaume physique. Que ce soit des armes à feu, des couteaux ou de la violence policière, peu importe, ça m’a servi dans le monde moderne. »

MOT DE LA FIN

Si vous trouvez intéressante la perspective de Kilindi Iyi sur les arts martiaux et les psychédéliques, vous pouvez trouver ces leçons sur YouTube. Il travaille aussi sur un livre “Towards an Organic Singularity”.

Conseil pour tous ceux qui s’aventurent dans le royaume des psychédéliques – pas seulement les fans d’arts martiaux – faites attention quand vous approchez les substances psychédéliques, prenez votre temps et sachez ce que vous cherchez. Pour finir cet article, j’ai préféré citer l’homme qui inspire tant d’explorateurs psychédéliques - Terence McKenna.

« Ma notion de ce qu’est l’expérience psychédélique, pour nous, c’est que nous devons devenir comme des pêcheurs, et sortir sur l’océan sombre de l’esprit et plonger nos filets dans cette mer.

Ce que vous cherchez, ce n’est pas un béhémoth, qui déchirerait vos filets, les suivrait et vous entraînerait vous et votre petit bateau, vous savez, dans les abysses. Vous ne cherchez pas non plus quelque sardines qui peuvent passer à travers votre filet et disparaître. Des idées comme « Vous avez déjà remarqué que votre petit doigt rentrait exactement dans votre narine ? » et ce genre de chose. Ce que nous cherchons, ce sont des idées de taille moyenne, pas trop petites pour ne pas être banales, ni trop grandes pour ne pas être incompréhensibles. Des idées de taille moyenne que nous pouvons remonter à bord de notre bateau et ramener sur le rivage, pour manger du poisson au dîner.

Pour tous ceux d’entre nous, quand nous sommes dans un état psychédélique, c’est ce qu’il faudrait chercher. Il ne s’agit pas de votre élucidation, ce n’est pas une partie de votre psychothérapie auto-dirigée. Vous êtes un explorateur et vous représentez notre espèce, et le mieux que vous puissiez faire est de ramener une nouvelle idée parce que notre monde est en danger à cause de l’absence de bonnes idées. Notre monde est en crise à cause de l’absence de conscience.

Quel que soit le degré avec lequel n’importe lequel d’entre nous peut ramener un petit morceau de l’image d’ensemble et contribuer à la construction du nouveau paradigme, alors nous participons à la rédemption de l’esprit humain et, après tout, c’est vraiment tout ce qui compte. »