Comment Microdoser Les Truffes Magiques

Publié le :
Categories : Default

Comment Microdoser Les Truffes Magiques

La psilocybine est l’ingrédient actif présent dans certains types de champignons et de truffes. À fortes doses, la psilocybine agit comme une substance psychédélique et peut altérer la perception du monde extérieur grâce à ses effets sur le cerveau humain et le système nerveux central. Mais qu’en est-il du microdosage ?

La psilocybine est l’ingrédient actif présent dans certains types de champignons et de truffes. À fortes doses, la psilocybine agit comme une substance psychédélique et peut altérer la perception du monde extérieur grâce à ses effets sur le cerveau humain et le système nerveux central. Mais qu’en est-il du microdosage ?

La consommation de champignons contenant de la psilocybine est attestée parmi des civilisations remontant loin dans l’histoire, et ils sont toujours consommés de nos jours afin de provoquer un état de conscience altéré en vue d’obtenir un certain résultats. De nombreuses personnes consomment des champignons et truffes contenant de la psilocybine afin d’obtenir une expérience totalement psychédélique. Cependant, une tendance émergente se concentre sur la consommation de très petites doses afin d’obtenir des effets bénéfiques plus subtils, tout en étant capable de pouvoir fonctionner pleinement au travail et dans des situations sociales, sans ressentir l’expérience hallucinatoire complète.

Une telle dose faible a été nommée de manière appropriée microdose. Ce n’est pas réservé aux psychonautes. Des personnes impliquées dans de grandes entreprises, comme dans la Silicon Valley par exemple, utilisent des micro doses de substances psychédéliques comme la psilocybine et le LSD afin d’augmenter la concentration, d’améliorer la créativité et de prendre plaisir au travail pour gagner un avantage dans leur secteur.

MICRO-DOSAGE DES TRUFFES

Une de ces personnes qui utilisent des microdoses à des fins créatives et professionnelles a été interviewée par Wired. En parlant du micro-dosage, elle a déclaré, « ça m’aide à penser de manière plus créative et à rester concentrée », en ajoutant, « je gère facilement mon stress et je peux garder une perspective saine, d’une manière impossible auparavant. »

Le Dr James Fadiman, chercheur psychédélique et auteur du Psychedelic Explorer’s Guide, s’est exprimé sur le micro-dosage et a construit une théorie sur les raisons de son efficacité dans un environnement professionnel. « Vous obtenez les meilleurs côtés de l’Adderall sans aucun effet secondaire. Vous fonctionnez mieux, physiquement et mentalement. Vous trouvez supportable la vie de bureau et vous avez plus de compassion pour les défauts des autres », il continue en déclarant « vous sentez que vous passez une bonne journée. »

Il existe peu de preuves scientifiques ou de recherches sur l’idée du micro-dosage. Espérons que cela changera dans le futur et que nous aurons une compréhension complète de comment bien le faire et de ce qui peut être accompli. Une grande partie de la compréhension actuelle du micro-dosage vient de témoignages recueillis. Fadiman a créé un site internet nommé microdosingpsychedlics.com. Les gens peuvent s’inscrire dans des études en remplissant un formulaire. Le but de ces études est de collecter des données sur le micro dosage et d’apporter des informations sur une consommation sûre et efficace de microdoses.

COMMENT LE FAIRE

Une microdose de champignons à psilocybine est considérée comme étant de 0,2-0,5g. Il faut noter que les truffes et les champignons sont d’une puissance différente, et que certaines variétés ou espèces de truffes à psilocybine sont bien plus fortes que d’autres. De plus, le poids corporel et la tolérance individuelle doivent être pris en compte, ainsi que le contenu de l’estomac et d’autres paramètres. Comme mentionné plus haut, l’étude du microdosage en est encore à ses balbutiements et il est donc conseillé d’avancer avec prudence et d’écouter les professionnels respectés du secteur.

Pour prendre des micro-doses de truffes, il vous faudra une balance capable de peser des quantités extrêmement petites de matière. Certaines personnes parlent aussi de diviser leurs matières et de les placer dans des gélules vides, ce qui facilite le stockage et permet d’avoir la dose correcte déjà prête quand vous décidez de la prendre.

Il est suggéré de prendre une micro-dose tous les 4 jours sur une période de 10 semaines. Donc cela signifie par exemple de prendre une dose le dimanche, d’en voir les effets le lundi, puis de faire une pause le mardi, pour ensuite reprendre une microdose le mercredi, d’en voir les effets le jeudi, puis de faire une pause le vendredi et le samedi. C’est une bonne idée de prendre des notes au fil de votre prise de microdoses pour voir les différences et les bienfaits potentiels que vous pourriez obtenir. Il est également conseillé de continuer à suivre votre routine normale lors du microdosage.

Une microdose est décrite comme étant sous-perceptible, c’est à dire que le consommateur ne ressent ni ne perçoit les états psychédéliques provoqués par la substance à de fortes dose. Il ressent cependant de subtils effets bénéfiques. Ce que sont ces effets dépendent de chaque individu, mais ils sont généralement considérés comme une légère amélioration du bien-être et de la performance en général.

UNE NOUVELLE VISION DE LA PSILOCYBINE

Albert Hofmann, l’inventeur du LSD, a déclaré : « les doses sous-perceptibles sont le champ le moins étudié des substances psychédéliques. » Cette déclaration reste vraie à ce jour, et espérons qu’avec le relâchement des lois sur les drogues et les avancées de la compréhension scientifique de ces composés, le micro dosage puisse être correctement exploré et utilisé.

La guerre contre les drogues a fortement ancré les préjugés autour de la psilocybine, suffisamment pour forcer la majorité de la population à la classer parmi d’autres substances réellement nocives, comme le crack et l’héroïne. Le statut de substance de Classe 1 de la psilocybine aux États-Unis et de Classe A dans certains pays européens signifie qu’elle est toujours considérée comme dangereuse, facilement abusive et avec peu ou pas de valeur médicinale. Cette vision de la psilocybine est fortement remise en question récemment, comme des chercheurs ont eu la chance d’explorer les mécanismes de son action et son potentiel comme médicament pour un éventail de troubles mentaux.

Une des avancées les plus notables est peut-être soulignée par une étude menée à l’Université Johns Hopkins qui impliquait l’administration de psilocybine à 29 patients souffrant de cancer. Après une seule dose de psilocybine, 80 pour cent des patients ont vu une amélioration notable de leur état mental en regard aux sentiments et symptômes associés à la dépression et à l’anxiété. Une patiente impliquée dans l’étude, Sherry Marcy, a commenté sur la façon dont l’expérience l’avait affectée : « le nuage de désespoir semblait s’être dispersé … J’ai retrouvé le lien avec ma famille et mes enfants et mon émerveillement pour la vie », en ajoutant, « avant, j’étais assise chez moi, je ne pouvais pas bouger … Cette étude a fait une énorme différence, qui persiste. »

Une autre étude extrêmement intéressante publiée dans le journal Nature a administré de la psilocybine à 12 personnes souffrant de dépression ne répondant pas aux médicaments standards. De manière incroyable, une semaine après avoir reçu la dose orale de psilocybine, tous les patients ont vu une amélioration de leurs symptômes dépressifs. Après 3 mois, cinq patients avaient atteint une rémission complète. Les auteurs de cette étude n’ont pas déclaré que la psilocybine devait être utilisée comme traitement de dernier recours, mais affirment que c’est faisable.

Même s’il ne s’agissait pas de micro-doses, ces études montrent l’effet que la substance peut avoir. Avec ces nouvelles avancées dans la recherche sur la psilocybine, c’est à présent un fait établi que ce composé a un vaste potentiel pour agir positivement sur le cerveau humain. Ces recherches rendent le phénomène du micro-dosage d’autant plus intéressant et plausible.