Les Scènes De Drogue Les Plus Réalistes Dans Les Films

Publié le :

Les Scènes De Drogue Les Plus Réalistes Dans Les Films

Hollywood n’est pas toujours très pertinent sur les drogues et leurs effets. Mais parfois, ils font les choses bien. Voici notre liste des meilleures scènes de drogue les plus fidèles à la réalité dans l’histoire du cinéma.

Un certain nombre de films contiennent des personnages qui consomment des drogues pour un certain nombre de raisons. Mais la plupart du temps, Hollywood est loin d’être pertinent dans la description des effets de ces substances. Même si l’époque de la propagande anti-cannabis soutenue par le gouvernement à la « Reefer Madness » est terminée, trouver une représentation « réaliste » des drogues dans un film n’est pas toujours facile. Parfois, certains réalisateurs représentent des expériences avec les drogues qui sont étonnamment proches de la réalité, ce qui renforce la narration du film. Voici notre liste des scènes de drogues les plus fidèles à la vie réelle sur grand écran.

LAS VEGAS PARANO (1998)

Substance : LSD

La plupart des gens qui ont de l’expérience avec la prise de substances psychédéliques comme le LSD s’accordent à dire que la représentation du trip sous LSD de Raoul dans Las Vegas Parano est probablement une des meilleures et des plus précises dans l’histoire. Il s’agit de la scène où Raoul (Johnny Depp) va à l’hôtel à fond sous acide. Il voit alors le tapis fondre et glisser sur le mur. Beaucoup pensent que c’est une interprétation très juste des visuels que l’on peut voir lors d’un trip sous acide. En plus de cette célèbre scène de l’hôtel, Las Vegas Parano réussit aussi bien à recréer les effets du cannabis et d’autres substances.

ENTER THE VOID (2009)

Substance : DMT

Dire qu’Enter the Void est psychédélique serait un euphémisme. Après tout, le film raconte le voyage spirituel d’Oscar (Nathaniel Brown), un jeune vendeur de drogue américain à Tokyo qui a été tué après une intervention ayant mal tourné. Son âme est à présent embarquée dans un voyage psychédélique de la vie après la mort, qui va du passé au présent en passant par le futur, dans lequel il observe les répercussions de sa mort à la recherche de la résurrection. Les psychonautes expérimentés affirment que ce film possède une des scènes sur la DMT les plus pertinentes.

HÔTEL WOODSTOCK

Substance : LSD

La comédie dramatique indépendante de 2009, Hôtel Woodstock, contient de bonnes scènes de LSD réalistes. Dans l’une d’entre elles, on voit Elliot (Demetri Martin) tripper chez lui sous ce qui pourrait être une petite dose d’acide. Regardez les schémas en mouvement et en vagues sur le mur et le plafond ! Dans une autre scène, il trippe à fond, debout au sommet d’une colline, en regardant la foule bouger par vagues comme un océan géant. D’après nous, ça s’approche de très près des visuels d’un trip, non ?

BON BAISERS DE BRUGES (2008)

Substance : Cocaïne

Dans le film Bons Baisers De Bruges, deux voyous (Colin Farrell et Brendan Gleeson) vont en Belgique pour se cacher et laisser les choses se calmer un peu après une vente de drogue qui a mal tourné. Le film est assez drôle et contient une des scènes les plus pertinentes (et drôles) sur la cocaïne jamais tournées. Colin Farell prend de la coke avec une personne de petite taille ; après l’avoir insulté, Farrell l’agité et son ami sont à fond de coke et se lancent dans une tirade raciste bizarre qui rend très bien la sensation de se retrouver dans des conversations démentes après avoir sniffé quelques rails.

LE LOUP DE WALL STREET (2013)

Substances : Méthaqualone, Cocaïne

Le Loup De Wall Street contient de nombreuses bonnes scènes sur la drogue, mais une des meilleures est la scène hilarante dans laquelle Jordan Belfort (Leonardo DiCaprio) prend une quantité délirante de Méthaqualone et doit ensuite sniffer un rail de coke pour pouvoir faire la manœuvre de Heimlich à un Donnie Azoff (Jonah Hill) qui s’étouffe. Cette scène n’est pas juste un pur régal humoristique à regarder, mais elle montre aussi précisément ce qui pourrait se passer si quelqu’un prenait trop de Méthaqualone.

TUEURS NÉS (1994)

Substance : Champignons

Oliver Stone est un maître dans la création de scènes dans des films où vous avez vraiment l’impression de tripper. Il le fait souvent de manière subtile, ce qui renforce encore plus le réalisme. Dans Tueurs Nés, on peut voir Micky (Woody Harrelson) et Mallory (Juliette Lewis) prendre tout un tas de champignons magiques dans le désert. Sans l’ombre d’un doute, ce n’est pas le meilleur endroit pour tripper, mais comme tout le film montre les deux « tueurs en série séduisants » prendre une mauvaise décision après l’autre, ce n’est pas vraiment une surprise.

SPUN (2002)

Substance : Meth

Le film Spun est assez fidèle à la réalité pour ce qui est de décrire les effets des drogues. Cependant, si Spun réussit particulièrement bien une chose, c’est de souligner la déconnexion souvent profonde entre les consommateurs et la réalité. Il y a une scène où Ross (Jason Schwartzman) et Nikki (Brittany Murphy) consomment des quantités démentes de meth tout en conduisant. Alors qu’ils parlent, Nikki de son bébé et Ross de sa petite-amie, il devient clair que tout n’est que tristes mensonges et illusions. La scène avec les visages des personnages superposés sur l’autoroute la nuit ne laisse aucune doute à ce sujet.

THE BIG LEBOWSKI (1998)

Substance : LSD

Jeff Lebowski (Jeff Bridges), « le Duc », est un marginal détendu et tranquille qui se trouve avoir le même nom qu’un millionnaire dont la femme doit beaucoup d’argent à des gens dangereux. On dirait un bon film à regarder un samedi soir, non ? Ce film contient aussi une séquence de rêves teintés de drogue assez précise, avec beaucoup d’événements étranges. Des hommes en costume rouge courant avec des ciseaux géants, des femmes vikings en train de danser et des boules de bowling tombant du ciel ne sont que quelques-unes des folies psychédéliques de cette scène.

ROMÉO+JULIETTE (1996)

Substance : Ecstasy

Dans Roméo+Juliette, la tragédie shakespearienne classique a été adaptée à l’écran et transposée dans la ville post-moderne de Verona Beach. On ne sait pas trop si Shakespeare apprécierait cette nouvelle interprétation, avec des scènes comme celle où Mercutio donne à Roméo un peu de « Queen Mab » (MDMA, alias ecstasy) avant une soirée. « Tes drogues sont rapides ! » déclare Roméo avant que ses yeux tournent et que Mercutio en drag-queen fasse un numéro disco.

CHOPPER (2000)

Substance : Cocaïne

Cette scène après consommation de drogue dans Chopper est filmée très subtilement et il faudrait probablement la revoir plusieurs fois pour relever les indices. Pour d’autres, cela pourrait être plus évident à remarquer. La scène est toujours très légèrement accélérée et déconnectée, ce qui donne à la conversation un aspect agité, bizarre et amplifié, ce que certains voient comme un indice cinématographique astucieux révélant que Chopper (Eric Bana) et l’autre type sont sous coke. Ceux qui doutent de l’intention réelle de la scène doivent juste regarder les quelques secondes précédant cette scène où on peut voir les deux sniffer des rails.

EASY RIDER (1969)

Substance : LSD

Pour certaines personnes plus âgées, Easy Rider pourrait bien être la première fois où ils ont entendu parler du LSD. Dans ce road-movie classique, deux hippies, Wyatt (Peter Fonda) et Billy (Dennis Hopper) voyagent à travers les États-Unis sur leurs Harleys en quête de vérité spirituelle. Durant leur recherche, ils prennent beaucoup de drogues, mais doivent aussi faire face aux préjugés et à la haine de l’Amérique des petites villes. À un certain moment, quelqu’un leur donne de l’acide, en leur disant de le prendre « au bon endroit ». Ils trouvent le « bon endroit », qui se trouve être un cinéma à la Nouvelle-Orléans, juste vers la fin du film, où ils prennent l’acide avec deux prostituées. De toutes les scènes du film, la scène avec l’acide est celle dont les gens se rappellent le plus et celle qui a le plus choqué les gens.